Blog

21/03/2018
  Le Myanmar. La Birmanie. C'est l'évocation d'un rêve exotique et lointain, de cigares, de junte, de ports, de jungle, de marins.  C'est l'évocation d'un mythe. Je pense à Kipling, à Norman Miller ou à Pablo Neruda, ces aventuriers-écrivains venus avant 1930 à Rangoon et à travers le pays. Je pense à eux et à leurs voyages dans ce pays de contrastes étourdissants entre les rues délabrées, sombres, puantes et envoutantes de Yangon, Yangon, sa pagode tonitruante, et le ballet sans fin...
19/03/2018
Je m'envole, en dessous il y a Lisbonne et la poussière des souvenirs, le parfum des rues, le gout des rires. Il y a partout, tout autour, des visages, des mouvements de paupières, des rides étroites, partout, dans les nuits tièdes, sur le sable, sous un ciel de pluie, à l'intérieur d'une tasca chaude, à se faufiler entre les mots venus de l'autre côté du Tage : des visages, des visages aux expressions exagérées, gigantesques, il y a, sur ces visages, la stupeur, l'effroi, la joie et rires,...
01/08/2017
Ce que j'aime avec toi cher mon lecteur, c'est que tu ne me presses pas de questions, tu ne m'assailles pas de reproches ou tu ne fais pas étalage de ton impatience. Ca, déjà, c'est rare et donc, c'est beau. Mais quand-même, je sens que tu t'interroges, je le sens dans toutes ces questions que tu ne me poses pas mais que tu laisses transparaitre dans les longs regards que tu fais tomber sur moi ou dans cette suite interminable de points de suspension que tu places en début et en fin de chaque...
30/03/2017
Je me suis posé cette question, peut-être comme toi, cher mon lecteur, en voyant Christine Angot tenter d'enflammer François Fillon, candidat républicain aux élections présidentielles françaises dans une l'Emission politique sur France 2. Je la voyais, avec ses notes, son ton sec et pinçant, tentant d'enflammer le veston de François Fillon, elle le voulait bucher, elle en faisait le procès, rapide, court, maladroit et le condamnait aussitôt.  Elle dira à la fin de son intervention de 7 ou...
03/02/2017
Tu le sais cher mon lecteur, la littérature, cela prend du temps. Je ne te parle pas tellement du temps de création, je te parle du parcours d'un roman une fois que la bête est lachée. Le roman quand il est publié il se libère enfin de toi et il s'échappe, tu n'as plus aucun contrôle sur lui désormais. Et bien souvent il s'échappe en marchant, s'arrête dans les chaumières, se pose au coin du feu, demande une couche pour la nuit, reste quelques jours si le gite est confortable. Et puis il...
09/11/2016
Le monde se déchaine ce matin. Le monde s'est réveillé, la gueule de travers. Peut-être que toi aussi cher mon lecteur. Trump président. Trump président des Etats-Unis. Il faut l'écrire pour le croire. Et aujourd'hui tous les spécialistes qui claironnaient déjà hier la victoire de Clinton nous expliquent comment et pourquoi Trump est devenu président. En une nuit, ils ont subitement compris l'Amérique, ses intentions, ses peurs, ses moteurs et ses rêves. Alors que ça fait des mois qu'ils disent...
30/05/2016
Ca m'a pris du temps. Longtemps. Sept ans. Il y a 7 ans, il y a eu le big bang dans mon cerveau. J'habitais avenue Louise, je venais de débarquer à Bruxelles, il faisait gris, il faisait froid, je venais de terminer des études Trivial Poursuit et je cherchais du travail. Stromae commençait à faire tourner ses leçons, les Diables Rouges étaient 35e au classement FIFA, je venais de me marier. J'avais 23 ans. Big. Bang. J'étais assis sur les bancs Marguerite Yourcenar, au milieu du carrefour -...
07/03/2016
Tu les as vus, ces visages ternes, les traits tirés, sur fond oeuf cassé, beige décrépi ou simplement gris, habillé en sombre, le regard interrogateur, vague et la bouche fermée, le visage fermé ? Tu les as vus, cher mon lecteur, à l'arrière de leurs bouquins, dans les internets, dans les journaux ? Eh oui, l'écrivain, c'est sérieux, ça parle du monde, de ses travers, de ses problèmes, ça intellectualise un écrivain, ça inspecte le tréfonds des âmes, ça va au-delà des apparences, ça gratte le...
04/03/2016
J'ai reçu un mail, hier, vers 23h. J'étais encore au boulot. Je le lis sur mon smartphone (tiens, je t'avais dit que j'avais succombé à la tentation du smartphone ?), un message court et simple "Tu es sélectionné parmi les finalistes du festival du premier roman de Chambéry avec 24 écrivains (à partir de quand puis-je me sentir à l'aise avec l'acception écrivain ? Après un relatif succès ? Après un certain nombre de ventes (10325 ex. achetés) ? Après un certain nombre de romans publiés ? Quand...
12/01/2016
Aujourd'hui il pleuvait. Je marchais dans les rues de Lisbonne, sans parapluie mais avec un appareil photo, sur ces pavés en marbre blanc (un élément infaillible pour savoir qui habite Lisbonne depuis plus de 3 mois).Je cherchais des bars ou des restaurants entre Alameda et Martim Moniz. Mais j'avais beaucoup de peine à lever les yeux. Je m'arrêtais fréquemment sous l'auvent d'un restaurant fermé. Je lisais la carte et je me disais que les Lisboètes n'aiment ni trop les légumes ni trop les...