Blog

10/04/2020
Depuis le début de crise sanitaire (la guerre, je la ferais plutôt à Ebola, qui fait 10 à 15 fois plus de ravages mortels), j'ai dû annuler un retour en Belgique, une rencontre avec une classe de Sainte-Marie autour des ânes barbus, un voyage au Pérou et en Bolivie, avec ma mère, un cadeau qu'on lui a offert il y a deux ans pour un voyage dont elle parle sans doute depuis 25 ans. Et, perfidie ultime, l'impossibilité d'annuler mes jours de congés prévus pour ce voyage. Bien sûr, tout ça m'a...
19/02/2020
Deux ans de travail. Une résidence d'écriture en février et mars 2018 et puis d'innombrables et d'interminables réécritures pendant plus d'un an et demi. Monsieur Maurice est sans aucun doute le manuscrit sur lequel j'ai le plus travaillé avant de le proposer aux éditeurs. Je l'ai proposé à des dizaines de maisons d'édition. Certaines réponses étaient enthousiastes, sur le style, l'écriture, la construction narrative, avant de conclure qu'il manquait cependant l'étincelle, que cela ne...
12/01/2020
"A toi, que je ne connais pas encore" C'est par ces mots que commence le billet que j'ai écrit à l'intérieur de l'exemplaire des ânes barbus que j'ai envoyé ce matin à l'association Aux oubliées. L'initiative que je trouve incroyable est née en Espagne et elle propose de faire une chose toute simple, et pourtant d'une intimité folle, offrir un livre à une femme aujourd'hui en prison, en laissant à l'intérieur du livre une note, un billet, une explication, quelques mots qui expliquent votre...
08/09/2019
Tu l'as sans doute remarqué, je suis absent depuis un moment, je n'ai rien publié depuis presque 4 ans et pourtant je n'ai jamais eu autant de projets. J'ai profité de l'été pour changer de boulot, je travaille maintenant dans une atmosphère plus professionnelle et plus chaleureuse, ce qui est une très bonne chose. Mais comme je ne compte pas mener des investigations sur les dégâts causés aux voitures de location toute ma vie, il est temps d'accélérer la mise en oeuvre de différents projets d'...
04/06/2019
Je suis en ce moment à la recherche d'éditeurs pour mes deux derniers manuscrits, des éditeurs ambitieux qui pourraient m'amener à rencontrer de nouveaux lecteurs. Et donc, malgré les récompenses, les ventes ou les rencontres, j'envoie mon manuscrit comme si je n'avais rien pubié, par la poste, juste accompagné d'un CV littéraire, enfin plutôt une lettre d'accompagnement drôle ou au moins aguichante, qui permettra au manuscrit d'être lu (je vous la proposerai dès que je tiens un contrat d'...
01/05/2019
Si toi aussi tu aimes écrire cher mon lecteur et que tu n'as encore jamais rien publié, laisse-moi te dire ceci, j'espère que tu le fais pour les bonnes raisons : c'est vital, urgent et ça n'a jamais été écrit avant (bon, soyons humbles sur ce dernier point, on ne peut pas tout lire, mais disons que ça n'a jamais été lu avant). Je dis cela en supposant que tu souhaites le publier et le faire lire, je n'irais pas m'immiscer dans la rédaction de ton journal de bord (je lis en ce moment un...
05/02/2019
Il faut se le dire : Berlin ne s'est pas révélée aussi idyllique que je l'avais espéré. Et depuis 3 mois, un temps de dinosaure. Pas de lumière, absolument pas de lumière, un dégradé de gris, sombre, très sombre, très très sombre. Tu sais les dinosaures ont disparu parce qu'un nuage si épais et si dense (à cause d'une météorite ou d'un volcan) dans l'atmosphère avait empêché toute lumière de parvenir jusqu'à la terre. Un dégradé de gris, sombre, très sombre, très très sombres. Les végétaux sont...
04/02/2019
Si tu es un lecteur attentif, et que tu me suis depuis des années, avant de publier mon premier roman (officiel), j'ai publié un roman dans une toute petite maison d'édition et publié un e-book en financement participatif. Et pour t'épargner de l'argent, de l'espoir et les désillusions, je vais te donner mon point de vue sur l'édition, l'auto-édition à travers mon expérience. Ma plus grande désillusion littéraire restera sans doute l'édition au format numérique de La Hyène sur bookly.fr...
21/03/2018
  Le Myanmar. La Birmanie. C'est l'évocation d'un rêve exotique et lointain, de cigares, de junte, de ports, de jungle, de marins.  C'est l'évocation d'un mythe. Je pense à Kipling, à Norman Miller ou à Pablo Neruda, ces aventuriers-écrivains venus avant 1930 à Rangoon et à travers le pays. Je pense à eux et à leurs voyages dans ce pays de contrastes étourdissants entre les rues délabrées, sombres, puantes et envoutantes de Yangon, Yangon, sa pagode tonitruante, et le ballet sans fin...