Blog

07/09/2012
Cher mon lecteur, j'espère que tout va pour le mieux. Tu le sais puisque tu lis ces lignes, le roman "Trois ombres au soleil" se cherche un public. Il en a déjà trouvé un, encore restreint mais déjà fidèle, toi. Désormais, il est temps que d'autres gens, qui jusqu'ici ne soupçonnent même pas notre existence, sachent que nous existons, toi cher mon lecteur et moi. Toi et moi, nous formons un tout, un nous fidèle et inséparable, prêt à se sacrifier l'un pour l'autre, prêt à traverser les tempêtes...
Nous avons bien enregistré votre commande et faisons l'impossibe pour vous la livrer dans les meilleurs délais.
04/09/2012
Bonjour Blog,   Ca y est, je suis revenu. J'ai retrouvé les connexions wifi qui me traversent le crâne et les claviers azerty. Et quand on revient après si longtemps, il y a des choses à faire, des choses à dire, des choses à écrire et des choses à lire. Les surprises elles sont là, dans les choses à lire, dans les lectures de ces mails, de ces notifications, de ces messages que le monde connecté m'a envoyé. Alors il y a tellement de choses dans ces 135 mails, ces 17 notifications et ce 7...
19/07/2012
Cher mon blog, Je m'en vais. Je ne penserai plus à toi. Je me barre. Loin. Je veux oublier ton "content management". Je vais arrêter de venir te gaver comme une oie. Je ne te nourrirai plus. C'est pas que je veuille ta mort, je veux juste t'oublier. M'oublier. Tout oublier. Et puis tu es assez gras pour survivre sans moi. Tu marches tout seul maintenant. Je ne veux plus voir ton teint neurasthénique qui fouterait le cafard à Gai Luron. Je ne viendrai plus effacer les liens de porno allemand où...
11/07/2012
Je me lève, je déjeune, je m'assieds et j'écris. J'écris. J'écris. Je ne peux rien faire d'autre, je n'ai le droit de rien faire d'autre. On me subventionne, on croit un peu en moi, pas grand monde, deux mécènes. Je ne peux pas les décevoir. Je ne peux pas échouer. J'écris. Le premier roman est publié, on en vend, pas assez pour survivre. Alors j'écris. Pour me donner une chance. Que quelque chose quelque part se passe. J'écris. Ca va démarrer. Ca doit démarrer. Alors j'écris. Des nouvelles,...
02/07/2012
Le football, une ville, la rue, la victoire. Et la littérature est là.  Prenez le football. Mais pas le football des fanatiques, non, le football grand public, tiens l'Euro par exemple. L'autre soir je me retrouve dans un bar portugais à Bruxelles pour suivre le quart de finale contre les Tchèques. Le match est nerveux, tendu, les Portugais dominent mais ne parviennent pas à marquer. Le bar est bondé. Que des Portugais. Il y en a dans tous les sens, les écrans sont partout. Ronaldo, une...
28/06/2012
Je suis là. Assis par terre, dans cette ville. Sur la place Poelaert. La vue est dégagée. Il fait nuit. Enfin, il ne fait plus jamais totalement nuit. Il est 23h54 et on voit les lueurs du soleil se répandre sur l'horizon. Je suis là. Assis par terre. Et je vois le soleil se lever sur l'autre côté du monde. L'autre côté du monde. L'autre monde. D'un coup je me lève et je hurle : "J'ai besoin de vacances !" Un couple de mouettes se retourne discrètement. Je me rassieds et un type s'agenouille à...
15/06/2012
Ecrivain, romancier, auteur, bla bla bla... Ecrire seul dans un coin, devant un ordinateur, dans un café, dans une bibliothèque, avec une bière, avec une cigarette, avec une gaufre, avec un thé, dans une gare, dans un couvent, dans une grotte, avec la Traviatta, avec Saez, avec Harry Escott (sublime musique de Shame), avec Garou, avec Mozart, en début de soirée, en fin de matinée, en début de nuit, à l'aube. Peu importe. Cela ne suffit pas à endosser les titres très pompeux et libres d'accès -...
01/06/2012
On vous a saoulé. On m'a saoulé. On nous saoule encore. Ca ne finit jamais. C'est l'overdose. Stop. Arrêtez. On n'en peut plus. "Allez voter, c'est bon pour la santé, allez voter, allez-y les jeunes, allez-y les vieux, votez, votez, c'est tellement beau, c'est une chance qu'on nous envie tellement en Afrique, au Moyen-Orient... Votez bordel !" Mais c'est faux. Tout cela est faux. Et quand on croit que c'est fini... Dans une démocratie, il y a malheureusement toujours quelqu'un à élire,...
29/05/2012
Je suis là, devant toi éditeur. Je ne veux rien. Oh, presque rien. J'ai trois romans. Pas terribles. Mais on s'en fout. Il faut les publier. je ne veux presque rien. Je n'ai pas d'ambition. Juste des envies de pauvre. Boire des cocktails avec Brett Easton Ellis, aller couper la tête de Michel Houellebecq après avoir bu une Guiness, mater les décolletés de Tatiana de Rosnay ou se foutre des chapeaux bizarres de Nothomb avec Beigbeder. Je veux finir à poil dans les salons du Martinez pendant la...